Vivre l’expatriation en famille

Si l’expatriation est une période particulière pour un salarié, elle l’est également pour sa famille. Il est important de prendre en compte l’impact qu’une mutation professionnelle internationale a sur une famille. Les points positifs, les points négatifs ainsi que les démarches à effectuer sont autant de domaines à éclaircir.

L’impact sur une famille

Lors de l’expatriation, le salarié doit établir les conditions avec son entreprise. Que ce soit pour le salaire, la durée du contrat ou encore le type de poste, tous les éléments sont discutés et validés par les deux parties. Il en va de même à la fin du contrat. Lorsque la période d’expatriation est terminée, il faut préparer l’impatriation du salarié. Pour cela, il faut prendre en compte notamment le retour en france logement. En effet, le retour du salarié après son expatriation exige tout autant de démarches que pour son départ. Une expatriation famille peut être accompagnée par l’entreprise pour aider le salarié lors de son départ. Cette aide peut aussi être un argument pour convaincre l’employé à accepter la proposition de mutation internationale.

Les points à étudier lors de l’expatriation familiale

Lorsqu’un employé se trouve face à une proposition d’expatriation, son choix peut être différent en fonction de sa situation familiale. En effet, un salarié célibataire sans enfants pourra prendre sa décision seul et donc en règle générale plus rapidement. Il étudie la proposition de travail en fonction des avantages et des inconvénients que cela peut représenter. A l’inverse, un salarié en couple ou marié, avec enfants, devra inclure sa situation familiale dans les critères d’acceptation ou de refus. D’autres éléments entrent en compte pour la prise de décision : situation professionnelle du conjoint, scolarité des enfants, accessibilité de la destination pour une famille, …

Dans le cadre de la scolarité des enfants, il n’est pas toujours évident de gérer un déménagement à l’étranger. Si celui-ci doit se dérouler en cours d’année, cela peut pénaliser le programme scolaire suivi par exemple. Le choix de l’école est également une source de réflexion. Le salarié peut exiger de trouver un établissement international ou français pour aider à la transition dans la scolarité de ses enfants. Il en est de même lors du retour en France. Pour conserver des facilités en langues étrangères acquises lors de l’expatriation, le salarié peut souhaiter inscrire ses enfants dans une école adaptée. Tous ces éléments font partie de la prise de décision d’une expatriation.

Manuel

Manuel

Rédacteur spécialisé dans l'assurance, la banque et l'épargne. J'espère que mes articles vont vous plaire.