Orange consulte Groupama pour créer une banque en ligne en France

Au final, cette collaboration pourrait conduire sur une entrée majoritaire d’Orange dans le capital du groupe bancaire.

L’opérateur historique a toujours souhaité créer ou encore entrer dans le monde de la banque en ligne. A ce, l’opérateur dispose d’une expérience avancée avec Orange Money, très présente en Afrique engrangeant près de 400 millions d’euros par mois de transactions où il existe peu de comptes bancaires.

En Pologne, l’entreprise a lancé Orange Finance : un service bancaire total et 100% mobile (gestion du compte courant, dépôt, transfert d’argent, paiement NFC, retrait au distributeur automatique, etc). Une expérience qui sera présentée en France.

Le groupe indique en effet des discussions exclusives avec Groupama pour « développer un modèle bancaire nouveau qui permettra à Groupama de renforcer son activité de banque en ligne, et à Orange de mener à bien sa diversification dans les services bancaires ». Notons que cette discussion pourra ouvrir sur l’achat par Orange de 65% de Groupama Banque, ce qui donnera la possibilité à Orange Banque de démarrer avec une « infrastructure déjà opérationnelle et rodée », d’après les termes du communiqué.

« Devenir le Free de la banque » 

« Orange apportera son savoir-faire dans le digital pour développer une offre 100% mobile ajustée aux nouveaux usages des clients des deux partenaires. La proximité avec Orange permettra ainsi de hâter la mise à disposition d’offres bancaires novatrices. Leur amplification se posera sur le réseau de proximité des boutiques Orange et des agences Groupama et Gan », lit-on dans le communiqué.

« Orange Banque » sera donc lancée en début 2017 en France ensuite sur d’autres marchés européens comme l’Espagne ou la Belgique. Les services proposés vont couvrir les activités de banque au quotidien, l’épargne, les crédits et l’assurance. Le but étant certainement de proposer des prix bas permis particulièrement par le modèle en ligne.
« Si j’osais le mot, je dirais que nous voulons être le Free de la banque en se situant volontairement moins cher que ce qui existe aujourd’hui et aussi transparent sur les conditions de tarification », détaille lundi Stéphane Richard  au micro d’Europe 1.

Manuel

Manuel

Rédacteur spécialisé dans l'assurance, la banque et l'épargne. J'espère que mes articles vont vous plaire.