Les banques s’attaquent à la cybercriminalité

1947
0
Share:

Les banques françaises, vont lancer des mesures afin de renforcer la sécurité informatique à partir du 1er juillet. Pour faire face aux hackers toujours aussi performants, les banques ne manquent pas d’ingéniosité en créant des technologies basées sur le cryptogramme dynamique, l’authentification via la biométrie vocale.

En fait, dans moins de deux mois, les « opérateurs d’importance vitale » (OIV) vont lancer des mesures visant à améliorer la sécurité informatique, suivant l’article 22 de la loi de programmation militaire du 18 décembre 2013. En fait, près de 200 entreprises françaises, des secteurs de l’énergie, du transport, de télécommunication ou des entreprises proposant des services financiers devront adopter ces nouvelles mesures, car si elles sont victimes d’un piratage informatique, cela pourrait avoir des retombées financières importantes à la fois pour le pays mais pour tout un système.

Ces entreprises qui possèdent plusieurs données appartenant à leurs clients et qui emmagasinent énormément de millions d’euros, sont constamment ciblées par les pirates informatiques.

On se rappelle qu’en février, la banque centrale du Bangladesh a perdu, 81 millions de dollars suite à un piratage informatique. Les hackers ont tout simplement, envoyé à la banque, des ordres de virement falsifiés à la Réserve fédérale de New York, gestionnaire de l’un des comptes de la banque centrale du Bangladesh. A la suite de ce scandale, le gouvernement Atiur Rahman a été relevé de ses fonctions. D’autres faits similaires ont été notés dans certaines banques américaines comme JPMorgan qui compte investir 500 millions de dollars en 2016 pour faire face à la cybercriminalité.

En France, la Société générale va dédier 5% de son budget informatique à la sécurité. En tous cas le nombre d’attaques dont elles sont victimes révèlent de la fragilité de leur système digital.

Share:
Emilie